blog d'autrefois

Publié le par DD

 

Le banc de bois des soirs d'été

Chacun dans nos villages,
Les soirs d'été
Prenait le frais dehors
Sur un banc de bois de voisinage.
C'était nos blogs, autrefois.
On s'y installait par affinité.
On y allait, on y venait,
Sur le sien ou sur un autre.

Le nôtre, de banc de bois, 
Celui de notre maison rue Basse,
Trônait dans la cour
Bien en vue de la rue.
La mère M... venait y geindre,
Se plaindre de ses douleurs
Y dire du mal de ses voisins.

De l'autre côté de notre rue
En face donc,
Celui de Nini regardait son jardin.
Elle y racontait sa vie :
La grange, la bergerie,
Le jour de l'incendie...
Jeannette pleurnichait ses malheurs.
Mathilde y pérorait un peu,
Redescendait sur terre
Sitôt que Georges la raillait

Rue de la Halle,
Deux autres bancs de bois
Se faisaient face.
Celui de notre atelier d'artisans 
Et celui du magasin de mercerie
De la femme de notre maire.

Ma mère laissait mon père politiquer.
Osant, de temps à autre,
Une remarque, ironique ou censée
(souvent les deux à la fois).
 
Un vieil homme de leur âge
(de mon âge aujourd'hui (?))
Remontait la rue en boitant.
Une jambe à l'aise et l'autre bloquée
Pliée à l'équerre au niveau du genou.
Il rentrait de travailler,
La musette en bandoulière
Les litres vides qui tintaient dans son dos.

Un autre encore à la voix de stentor
Que ma mère n'aimait pas.
Qui parlait bien trop fort.
Qui affirmait
Qui envoyait des postillons
Interrompait les conversations...

Et d'autres qui s'arrêtaient,
Ou ne faisaient que passer,
Mais qui disaient bonjour !
De la main, de la tête, de la voix...
Que l'on saluait en retour.

Nos blogs d'autrefois
Etaient de voisinage.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

julie70 03/07/2005 17:12

Il parait marcher, maintenant.
Non seulement je les ai vu (mais pas osé m'arrêter ce jour) mais je me suis, une autre fois, deux semaines avant, assise, près d'une vieille paysanne, elle m'en a invité, et nous avons bavardé, bien longtemps et agréablement ensemble.

julie70 03/07/2005 17:10

J'ai écrit une longue commentaire, s'est-il envollé à jamais? Cela n'est qu'un test : j'ai beaucoup aimé ce poème, et j'ai vu encore il y a quelques jours des gens devant leur maison dans les villages sur un banc en train de parler.

micheline84 28/06/2005 09:32

qu'on le veuille ou non, on finit par se dévoiler ,dévoiler un coin du cadre où un ami virtuel a évolué...alors ce petit village,...
mon mari vient de venir visiter...et rectifier, lire :Troyes au lieu de l'Aube de 45 à 48, mais dans l'Aube bien plus longtemps oui :Bagneux la Fosse,Les Maupas, Moussey , Brienne Le Chateau, Troyes, Romilly...le parcours du combattant.

MimilafOlle 28/06/2005 07:57

BRAVOOOOOOO
CLAP CLAP BIEN MERITés

kheyliana 27/06/2005 16:16

nous sommes allés manger à Colomiers ce midi, j'ai pensé à vous ... je n'ai pas vu de petites têtes blondes, je ne saurai donc vous donner de nouvelles de vos petits neveux :-))