C'est la saison des champignons

Publié le par aben

C'est la rentrée qui pousse
les champignons
à sortir.


L'automne couvait sous l'été avancé
C'était en temps de guerre
En temps d'occupation
En temps de privation
Pour la population

Les champignons n'étaient pas gourmandise
Mais alimentation
Avec mon frère, on défiait les taureaux
Débusquait les mousserons
Dans les ronds d'herbes folles
Dopées du crotin des chevaux.

Partis tôt à vélos
On rentrait pour que j'aille à l'école
Après un déjeûner de tartines
Et de deux champignons
Cuits à la  croque au sel
Sur la plaque de cuisson
Chauffée au feu de bois

Avec mes parents
Tôt aussi le matin
Mais roulant en C4
C'était sous les sapins
Qu'on ramassait "gluants" et "petits-gris".
Aidés par des amis
Les paniers se remplissaient
Qu'il fallait éplucher
Dès qu'on était rentrés

On s'engageait aussi
Dans la forêt de chênes
Dite de l'Orient
Pour chasser la girolle
Et la trompette grise
Et le cep à gros pied 
Et encore la coulemelle

Dans les friches
On débusquait la morille
Et le morillon plus petit
Sans encore connaître
Le coprin écaillé
Capable de percer
Une route goudronnée.

C'était le temps des champignons
Le temps du temps où il y en avait tant.

Un voisin avait ses ramasseurs
En faisait le commerce.
Sur la bascule de la petite gare
Des dizaines de cageots pleins
Attendaient le passage du train.


C'était le temps
De la France occupée par l'Allemand,
Les Français occupés par les ramassages
De doryphores et de champignons.
C'était le temps
De mon jeune âge. 

Publié dans Poésie

Commenter cet article

aben 27/09/2005 14:34

François--------- j'ai encore cliqué trop tôt, mais ça me donne l'occasion de développer un peu. Je ne savais pas les champignons aussi peu nourrissants...
Il ne suffisait pourtant pas seulement d'y croire pour avoir le '"ventre plein". Il y avait le jus de viande, et le pain que l'on trempait dedans. Ca callait l'estomac. Enfin, je crois...
Je ne me souviens pas d'avoir croisé beaucoup d'obèses, mais pas non plus beaucoup de gens sans assez de nourriture, comme ceux que l'on voit aujourd'hui faire la queue devant les tables à trétaux des associations...

aben 27/09/2005 14:25

Micheline---------- fâché ? Mais de quoi !

Alexandre---------- je dors de mieux en mieux grâce à tes bisous.

Aurélie------------ comme je te comprends. Ca n'était ni reproche ni réclamation, seulement que j'aime être auprès des amis de ta liste, ils ont le coeur pour point commun.

François 26/09/2005 14:21

Très joli ton texte, aben, mais savais-tu que, contrairement à ce qui est souvent dit, la valeur nutritive du champigon est nulle ... son seul intéret est son parfum, c'est déjà beaucoup mais une coulemelle, même géante, ne remplacera jamais un bifteck ; en ce temps là, il suffisait d'y croire pour se sentir déjà beaucoup mieux ...

Aurélie, la maman d un Enfant EXTRAORDINAIRE 23/09/2005 10:57

Kikou

Désolée mais j'ai eu, ces dernières semaines, des journées hyper chargées et je n'avais donc pu te mettre en lien sur le blog de Jérémy .... juste un p'tit peu de patience et voilà c'est fait

Bonne journée

Aurélie

Alexandre-Gabriel 23/09/2005 00:45

Coucou... je suis passé te faire mon bisou quotidien. Bonne nuit