La gourmandise

Publié le par aben

Un dernier petit poème avant ma note d'adieu.
(Comme qui dirait : un dernier vers...)

Projet pour un concours sur un thème imposé : "la gourmandise"...


Les cinq sens de Camille

Assise en bout de table,
On la voit s'appliquer,
Qui grignote.
 
Vilain défaut de gourmandise...?
En elle,
Rien ne dit que ce soit.

De l'ouie pour commencer, 
Le cliquetis des verres
Des plats et des couverts
La prépare au concert.

Le vue d'un plat 
Que l'on apporte,
Mystérieux de profil,
Qui s'épanouit sur table,
L'émoustille.

Sa poitrine se soulève
Elle hume le fumet.
Ses narines frémissent
Et son palais salive.

De l'outil ou du doigt
Comme en apothéose,
En un geste gracieux,
 A ses lêvres pulpeuses
Elle porte son offrande
Aux papilles impatientes.

Serait-ce gourmandise
Que d'aimer ?

En elle
Rien ne dit que ce soit.
Assise en bout de table,
On la voit qui s'applique 
Et satisfait ses sens.


André Thiennot
Piney, le 7 décembre 2007
andretieno@cegetel.net
Très bonne semaine
A vendredi prochain
pour un dernier petit mot


Publié dans Poésie

Commenter cet article

rose 21/03/2009 18:30

Ça alors !!! Aben te voila de retour, Il faudra que j'essaie ça m'a l'air délicieux, je suis très contente de te rendre visite à nouveau,Bonne soirée, A bientôt …………… Rose

micheline 31/12/2007 17:42

une bonne pensée à vous deux en ce dernier jour de l'année..
 tous nos voeux bien affectueux..

marie-laure 30/12/2007 09:24

IA ORANA,Le lien déposé par Joel me permet de découvrir ton universLa promenade entre tes pages va me prendre du temps,tu as de quoi satisfaire ma curiosité...Je laisse nces quelques mots pour te souhaiter un excellent passage dans la nouvelle annéeA bientot,AMITIES,NANAia orana i te mata iti api (bonne année en tahitien)Marie-laure

ROSE 14/12/2007 01:33


Un trés bon vendredi avec des gros bisous ..............Rose

Sylviane 13/12/2007 19:30

Alors comme ça tu n'as pas reconnu le Mont St Michel chez moi aujourd'hui ? Hé hé, comme quoi la nuit tout est différent. Allez, à bientôt pour ton dernier article... dommage.
Gros bisous à vous deux, Syl