La journée des justes

Publié le par aben

Hommage au dévouement des "justes"
Non, je ne suis pas dans ma période "Samaritain" et ne suis pas en crise de reconnaissance. Les choses tournent ainsi, c'est tout. L'eau, la planète, les gâchis de patrimoine, j'en entends parler, alors j'en parle. C'est important.
Hier, c'est la journée des justes que le Président Chirac a mis en avant au Panthéon.
Les "justes", ce sont les 2725 familles qui ont accueilli des Juifs pendant la guerre pour les soustraire à la folie d'Hitler, relayée par la France et sa gendarmerie d'alors jusque dans les villages.
Il se trouve que j'y ai fait allusion dans un petit livre de souvenirs de vacances que j'ai écrit pour ma cousine Janine à l'occasion de son cinquantième anniversaire de mariage.
Je vous livre le passage:

Les vacances au Prieuré, avec ma cousine Janine, c’est aussi les Allemands. Les deux arrivés à pied d’on ne savait où. Qui voulaient des chevaux. Une carriole, quelque chose pour avancer vers l’est. Ils avaient dû perdre leur armée, ou c’est eux qui s’étaient perdus.
 
        Ils étaient arrivés jusqu’au seuil de la ferme, s’étaient arrêtés devant la porte pourtant ouverte. Assis sur la marche de l’entrée, Hélène, Pierrette, Janine et moi, plus une fille accueillie par la famille, le temps que la folie se calme, leurs avaient ingénument fait barrage. La fille au physique différent de celui de mes cousines et du mien était Juive 

 

L’oncle était passé par la fenêtre de « ma » petite chambre, qui donne derrière, dès qu’il avait vu les uniformes. Pas par couardise, au contraire : pour ne pas être entraîné à les conduire, ne pas avoir à partir… Pour où… ? Pour combien de temps… ? C’est ma tante qui lui avait demandé de se cacher.  

 

Après bien des palabres, les deux Allemands fourbus avaient eu pitié de cette femme courageuse « qui avait tant d’enfants et pas de mari pour l’aider ». Ils avaient regardé la fille juive autrement que les autres, entendu Mignonne taper contre son bat-flanc, vu la casquette suspendue au porte manteau du couloir, au dessus d’une veste en coutil bleue, mais étaient repartis, en s’excusant presque, le pas traînant, le dos courbé… 

Shéhérazade - appelons-là comme ça, je n'ai pas la mémoire des noms - et mes cousines, s'étaient perdues de vue. Elles se sont retrouvées l'année dernière. A la lecture de ce passage, une larme juive est tombée sur la page.
- Ils m'on sauvé la vie. Ca parait si simple quand on lit...
C'est qu'en réalité, mon oncle, ma tante et mes trois cousines n'ont fait qu'accueillr une gamine d'une vingtaine d'année que ses parents ne pouvaient pas garder. Pour eux, ça n'était que l'hospitalité que l'on doit à quelqu'un dans le besoin.
Rien à voir avec de l'héroisme.
Juste le geste à faire contre de l'injustice.

PS : j'ai encore été en panne d'AOL, ça explique que je ne sois pas passé. Je redémarre ce matin, là où je m'étais arrété. Il me faut une bonne journée pour passer tous vous lire. J'en étais à Brigetoun, j'y retourne...

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

Joël 21/01/2007 10:15

Bonjour André,
Bon Dimanche à vous deux !
Bises à Michelle et amitiés.

Joël.

la varlope 21/01/2007 09:03

André un bon dimanche a toi toi,je rends également hommage aux justes pour tout ce qu'ils ont fait . a trés bientôt Amitiés André

Sylviane 21/01/2007 04:48

Juste un petit coucou afin de vous souhaiter un bon dimanche qui je l'espère sera bien plus ensoleillé qu'ici... maudite pluie !
Gros bisous, Syl

ROSE 20/01/2007 23:36

Ces gens ont sauvé beaucoup de personnes, c'était tres risquer de cacher les juifs , beaucoup l'ont avec beaucoup de coeu et pitié de ces pauvres gens, Passe un tres bon dimanche...................rose
 

:0049: Laurélyne 20/01/2007 17:36

 Aben, je t'envoie mon carton d'invitation pour venir découvrir mon 2ème blog consacré entierement à mes deux amours de la vie Sanga et Cara ! :0071:
http://sangaetcara.over-blog.com/
 

Gros bisous tout doux et bon week end !
LOLO