Budapest 56

Publié le

Novembre 1956,

Soldat appelé à faire mon service militaire, j'étais en garnison à Haguenau en attedant un départ imminent pour l'Algérie. En permission pour le week-end dans mon village, j'étais allé au bal dans notre nouvelle salle des fêtes. Je n'ai jamais été fana. de danses ni de dancing, mais j'y rencontrais mes amis. De moins en moins de filles de mon âge disponibles, elles se fiançaient et même se mariaient en notre absence, et guère de copains de mon contingent, la plupart étaient en service de pacification en Algérie.

Mais des plus âgés parmi lesquels ce fils de cultivateur communiste, qui allait devenir le candidat en titre du parti aux élections cantonales.

Roger Vadim venait de sortir "Et Dieu créa la femme" avec Brigitte Bardot, Kurt Jurgen et Jean-Louis Trintignant : un scandale...!

A Budapest, les blindés Soviètiques venaient d'écraser la révolte des Hongrois. Le 23 octobre, ils avaient (les Hongrois) déboulonné et abattu la statue de Staline... Le 7 novembre, les Parisiens ont manifesté leur anticummunisme pour protester contre l'invasion de la Hongrie. Le 16, Tito lui-même s'est dit "indigné"...

Mon copain communiste qui lisait l'Humanité, avait fait chorus pour dénoncer l'impérialisme dont la France faisait preuve en Algérie.

Ce jour-là, nous n'avons guère parlé du sens de l'Histoire. A quelle combat  l'avait-t-on fait croire ? Quel honneur me faisait-on défendre ?  Contre qui aurions nous pu nous battre ? 

Aurions nous "dûs" nous battre...

Involontairement, Marchais avait fait un lapsus, beaucoup plus tard, en prononçant son célèbre : "C'est un scandale..." En 1956, j'avais 21 ans, le scandale n'était pas venu de Vadim. Mais des hommes qui faisaient tuer des hommes pour garder des territoires qui n'étaient pas les leurs...

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

AJC 30/04/2005 14:40

évite de marker "publié par Thiennot"
c'est pas bien de mettre son nom sur le web, tu ferais mieux de mettre ton pseudo com julien t'a montré!!!

au fait, je t'ai envoyé un mail

julie70 28/04/2005 10:09

C'est alors que suite à l'écrasement de la Révolution Hongroise (baptisé contre-révolution par les communistes) que j'ai perdu tout croyance en politique. Il n'y a personne, malgré les promesse, qui était prêt à aider les hongroises souhaitant un peu plus de liberté.