suite et fin des "moi"

Publié le par aben

n° 10 Moi et ma fringue fétiche
Un pull tout laine vierge, rouge, acheté en magasin d'usines de Troyes pendant les dernières soldes, une écharpe en grosse laine tricotée, rouge aussi, qui fait plus de deux mètres dépliée, achetée en boutique à la gare de l'Est l'hiver dernier, un soir de très grand froid et d'attente sur le quai, un pantalon en velours petites côtes, bleu, commandé chez "Ventes Privées"...
Je ne vous dis pas le reste mais ma fringue, en ce moment, c'est ça... plus les godasses neuves qui me font même pas mal aux pieds.

n° 11 Moi et le cinéma
Pour faire court, je dirai que le cinéma, pour moi, c'est devenu du souvenir. Du souvenir de lieux, de salles aux bancs de bois, d'odeurs de poussière, de tabac gris qui fume dans son papier OCB "si vous les aimez bien roulées : papier à cigarettes OCB" de brûlure des yeux et de picotement du nez du souffre d'allumettes enflammées, de pipes qui grésillent, de lumière qui s'allume pour changer une bobine, de gosse endormi sur les genoux de sa mère, du chahut des gamins à l'entracte, et aussi, ben oui, des personnages en noir et blanc qui s'agitent à l'écran, qui se parlent sur le drap tendu :Tino Rossi, Jean Marais, rendant malheureuses de très jolies dames, à n'en vouloir aimer qu'une seule, ou à vouloir en aimer deux... Gabin, Michel Simon, Pierre Larquey, Noël Roquevert, Noël-Noël, Jules Berry,
Harry Baur, (dans Michel Strogoff peut-être...) Jean-Claude Pascal, déjà, Fernandel, Sardou (le papa), Montand, Bourvil... Nos comédiens de ce temps là, du terroir.
Aujourd'hui, tant d'images nous assaillent, de partout... Je me fais une idée avec les présentations, les bandes annonces...

n° 12 Moi et le café
J'en prends le matin, et une tasse le midi, comme ça, par habitude, sans plus
 

n° 13 Moi et les livres
Ca a été important dans ma jeunesse. De 1952 à 1954, j'ai tenu un "carnet de lecture" que j'ai encore. J'y retrouve les ouvrages, leurs auteurs, mes impressions résumées...
Quelques exemples (on est en 1952, j'ai 17 ans) :
RABOLIOT Maurice Genevoix, J'AI EPOUSE L'AVENTURE Mme Vve Martin A LA POURSUITE DU SOLEIL Alain Gerbault, COMMENT RENFLOUER UNE EPAVE (technique), L'EQUIPAGE Joseph Kessel, LES VOYAGEURS Lydia Chwester, MANON LESCAUT l'Abbé Prévost, JOURNAL D'UNE HOTESSE DE L'AIR Alix d'Unienville, LE  BOURGEOIS GENTILHOMME... CHURCHILL vue par sa secrétaire, LE DELTA  SAUVAGE Louis Bromfield, ELECTRE Sophocle, LE LIVRE DE MON AMI Anatole France, PROMENADE EN EGYPTE de H.de Lavillate, imprimé en 1904...

Mes lectures repertoriées sur le premier trimestre de mes 17 ans

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

kheyliana 09/03/2006 17:26

bizarre tes lectures à 17 ans, à part un ou deux, je connais pas les autres, j'ai honte d'un coup

aben 09/03/2006 17:41

Normal, t'était pas née et peut-être même pas ta mère. En plus, c'était pas tous des Goncourt... Et même : des Goncourt de cette époque, moi non plus j'en connais pas.Bises

rose 08/03/2006 23:50


coucou au passage ,une bonne tasse de café sa fait pas mal ,j'adore le café , ....................................rose

aben 09/03/2006 11:27

Rien ne fait de mal quand on n'en abuse pas. Bon jus et gros bisou

Cléo 08/03/2006 16:53

Tu te livres, tu te livres mon ami lol
Gros bisous à mes tourtereaux

aben 09/03/2006 11:26

Content que ma série des 13 "moi" se termine.  Et je crois ne pas être seul à dire ouf !...On t'embrasse

Joël 08/03/2006 16:05

bonjour André, tu as ta fringue fétiche :) pour la télé, je dois avouer que je la regarde de moins en moins, juste le soir, pour changer les idées. Bonne soirée. Joël.
Bonne Fête à Madame

aben 09/03/2006 10:16

Madame te remercie : elle adore les roses.La télé, j'y regarde les infos, j'essaie de décrypter ce qu'on veux nous faire croire. Le soir, j'avoue que j'ai le sommeil facile