Moi et mon premier Amour

Publié le par aben

 Suite des "moi, n° 7 sur 13 (demain il faudrait que j’accélère, ça commence à faire long ! Non... ?)  


Bonne fête à toutes les Grands Mères de nos premières amours 

Avril passé, le joli mois de mai s’était présenté tout juste à temps : le premier jour du mois. 
C’était un jour de printemps, comme le seraient tous les autres jours du mois. 

Celui-là était venteux : « Fais ce qu’il te plaît » me sifflait le vent dans les branches. 

J’avais douze ans peut-être, ou un peu plus, ou un peu moins, mais à peu près. 

A deux pas du village, dans une toute petite forêt que l’on appelait un bois, de chênes et de charmes, de noisetiers et de bouleaux, d’allées et de ruisseaux, on avait l’habitude, les enfants, d’aller quérir les brins qui sentent bon pour les vendre le soir dans les maisons, en bouquets.  

J’étais avec une de mes nièces, celle qui s’appelle Julie, d’un an seulement moins âgée que moi. Accompagnée d’une copine, que je ne connaissais pas. 

Les deux marchant devant, Monique, la copine, chantant à tue-tête « Vive le vent, vive le vent… » Tandis que ses boucles brunes, grisées par le gros temps, animait tout autour de sa tête, une auréole vivante et capricieuse.  

C’était juste après la guerre : je devais vraiment être minot, je n’avais pas douze ans, mais dix tout au plus : j’avais aux pieds des nus pieds à semelles de bois fabriqués par mon père, l’empeigne de bandes de cuir clouée dans la rainure par notre voisin bourrelier. Né en 35, pour moi, les semelles de bois, ça m’évoque 45… ?  

La lanière du talon m’avait blessé, une ampoule s’était formée, avait gonflé, puis crevé. La peau s’était arrachée, laissant à nue la blessure.  

« Vive le vent, vive le vent… »  

-         Alors tu viens ?  

Et ça riait devant. Et ça chantait tandis que je me traînais en essayant de faire bonne figure.  

-         Qu est ce que c’est douillet les garçons.  

Ca, s’était ma nièce. Sa copine (dire « Monique » m’aurait été difficile, ma voix aurait tremblé) regardait mon pied, puis moi, semblait chercher sur ma figure les marques de ma douleur. Elle avait l’air de compatir, sincèrement. Jusqu’à ce qu’elle reparte en avant du pas de « Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver, qui s’en va sifflant soufflant, dans les grands sapins verts…. »  

Je sais, ça n’était pas de saison, mais c’est ce qu’elle chantait en balançant la tête pour encore davantage faire bouger ses cheveux.  

Les jours qui ont suivi, on s’est croisés, quelquefois, dans le village. De loin. Pas sur le même trottoir. Ou pas seuls. Elle ou moi avec un parent, un copain, une copine. Sans se voir. Sauf que j’avais l’œil en coin et que je l’entendais des fois rire…  

Je n’ai pas osé demander à Julie si elles avaient d’autres sorties en projet. J’ai eu trop peur qu’elle s’aperçoive de mon émoi et qu’elle en parle pour qu’on se moque de moi.  

« Vive le vent… vive le vent...»  


Comme un ouragan, qui passait par là, Monique s'est envolée avec le vent, laissant place pour un autre premier Amour. 
 


Un amour à mes côtés depuis si longtemps. Sûr que s'ils y pensent, nos petits enfants, demain, vont lui souhaiter sa fête.

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

Marie 04/03/2006 21:06

Bonne soirée et bon dimanche.Bisous.Marie

aben 07/03/2006 09:18

Merci, ça a été. Pas bien beau mais à défaut de grand air, on  a profité du coin de cheminée. Bientôt, le printemps va nous envoyer au jardinBisous

Cléo 04/03/2006 17:48

Là je n'ai pas le temps de te lire, je reviendrai
Je voulais juste te dire que j'ai répondu à ton com chez moi pour que tout le monde le voie
Tu peux aussi aller voir là :
http://www.pour-les-animaux.de/actualite_archives.html
Gros bisous à mes petits tourtereaux
 

aben 07/03/2006 09:14

Merci de l'adresse, j'y suis passé en coup de vent, j'y reviendraiDouble becs d'oiseaux

Joël 04/03/2006 17:47

bonjour André, on a tous des moments comme celui-ci, quelque part dans notre mémoire. Oser ou ne pas oser...Je vous souhaite une bonne soirée et un bon Dimanche bien entourés. Amitiés de nous trois à vous deux. Joël.

aben 07/03/2006 09:05

Tiens ! Je m'aperçois que j'ai  sauté ta réponse. Involontaire mon cher Joël. A tout bientôt et pardonne moi.

giovinetta 04/03/2006 16:32

ça y est, je retrouve les coordonnées de votre blog, découvertes pa celui de votre fils suite à un texte de St Valentin qui... que... je fais partie de www.frivoli.canalblog.com polyblog. Pas de blog perso donc mais le votre me plait bien, je jardine avec passion si ce n'est beaucoup... et j'aime l'idée du vent. alors si vous le permettez, je prendrai parfois des nouvelles sur votre blog. J'habite Toulouse où les bourgeons d'abricotier se décident enfin à exploser avec un peu de retard tout comme les crocus et perce-neige, mais pas encore les mimosas. Je ne sais si mon adresse apparait alors : genevduportf@club-internet.fr

aben 07/03/2006 09:13

Et comment que je te permets. Merci, et reviens quand tu veux. J'ai déjà quelques amis blogueurs près de Toulouse et des neuveux pas bien loin. Bonne journée et mes excuses pour le délai à répondre.

Yves Lafont 04/03/2006 15:23

Bonjour ABEN chaque moment de ta vie que tu nous racontes ici est toujours un instant d'émotion, tu redonnes à chaque parcelle qui compose cette trame qui nous mène bon gré mal gré une dimension humaine et attachante ! bon week-end, cordialement, YVES

aben 07/03/2006 09:08

Bon, ben, excuses-moi aussi, j'ai sauté une page...A tout bientôt