Exode3

Publié le

A mon frère et à moi, on avait laissé tout le siège arrière de la C4. Moins la place nécessaire à entasser les piles de linge. C'est large un siège arrière de C4 quand on n'a que cinq ans et quatre mois et qu'on n'a qu'un frère de sept ans dans deux mois. Mais avec le linge qui nous calait de près, on était quand même encadrés serrés. "Vous ne risquez pas de tomber" avait plaisanté ma mère pour dédramatiser l'abandon de notre chez nous.

J'étais à droite du siège, mon frère à gauche, caché derrière les tas. On ne pouvait pas se disputer : on ne se voyait pas. Lui pouvait regarder par la vitre de sa portière. Moi aussi, mais moins, à cause de mes cinq ans et quatre mois. Le père avait fermé les portes de la maison avec la clé et tourné la manivelle de la C4 qui avait toussé pour se chauffer les pistons et qui s'était mise à ronronner.

Et on était partis. Vers le sud. Par les petites routes pour éviter les mauvaises rencontres. Le premier jour, notre père avait vu sur la carte qu'on était presque arrivés juqu'en bas du département de l'Aube. A toucher le haut du département qu'on visiterait le lendemain et qui avait un nom d'animal qui fait peur:l'Yonne.

La journée avait été belle. On avait eu le temps de bien voir. On était rien qu'une voiture noyée dans un convoi de voitures qui roulaient à la vitesse des promenades-goûter que la commune organisait avant la guerre. C'est notre mère qui avait dit ça à notre père et mon frère avait dit oui. Sauf qu'elles avaient des matelas et du bazar sur le toit comme si la promenade risquait durer plus qu'un demanche. Une fois, on s'est arrétés plus longtemps que les autres fois parce j'avais eu une envie naturelle et qu'après moi, ça avait été mon frère. On s'était fait disputer parcequ'on avait géné des autos-pressées et notre père avait dit à notre mère de nous faire presser aussi...

A suivre

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

ardente patience 24/04/2005 02:57

Bonjour, ils sont émouvants vos souvenirs, ces témoignages d'un temps révolus exhumés ici humblement. Vous connaissez le poète Jean-Pierre Rosnay, qui a été résistant et a animé des années l'émission le Club des Poètes ?
Voici un de ses poèmes relatant son expérience en Résistance :
http://www.poesie.net/resjpr.htm

Il est bien joli votre poème "je suis né dans ma ville "

Portez-vous bien. Je suis tombée chez vous en passant par votre Papilllon de fils !