Dans les couloirs de Noël

Publié le par aben

Course dans les couloirs de Noël 1956

 

 

 

 

·        Haguenau, le 25 décembre 1956

Chers parents
 
Noël !

Il est trois heures et demi, Papa doit lire, ou regarder les passants par la fenêtre (s’il y en a : il ne doit pas y avoir foule aujourd’hui dans la rue Basse. En été, encore, on voit passer les troupeaux de vaches qui descendent le matin et remontent pour la traite, mais en hiver…) Si Maman n’a pas trop mal à son cou, elle doit coudre ou broder.

Suzanne est peut-être venue vous tenir compagnie ? Marc doit être au cercle, à moins qu’il soit en campagne.

Moi je suis dans le bureau de la semaine. En quittant la garde, j’ai pris la semaine pour remplacer un bricard qui remplaçait un autre bricard à la garde, absent pour cause de fausse perm.
J’ai donc passé le réveillon en service. Ca aurait du être très bien ! On fêtait ça dans le bureau entre copains, un sous-off. qui avait apporté un colis, un bricard-chef la boisson et deux bleus le reste : gâteaux, pâté en croûte, crottes en chocolat, deux poulets…

Sauf qu’à onze heures, alors qu’on était bien entrain de bavarder en mangeant sur un fond de radio, un bleu est venu nous prévenir qu’il y avait une bagarre dans une chambrée. Il saignait au bras. On y est allés, sauf les deux bleus à qui on a demandé de rester garder les restes. Par contre, quand on est arrivés dans la chambre, tout était redevenu calme.
Alors on a fait le tour de toutes les chambres pour voir comment ça se passait. Dans une, trois gars étaient couchés, trois avaient le cafard, trois étaient saouls et le dernier ivre mort. On a attendu un peu avant de retourner continuer notre réveillon.

A minuit, on a entendu les chuchotements de ceux qui allaient à la messe. C’était plus discret que les hurlements des fêtards de couloir.

A minuit et demi, un type est revenu en courant nous demander d’arriver en vitesse. Une nouvelle bagarre s’était déclenchée dans une autre chambre.
Le gars qui était venu nous appeler avait reçu un coup de poing sur le nez, il s’était barbouillé toute la figure avec son sang : impressionnant !
On est arrivés quand ça bardait toujours (comme aurait dit Eddie Constantine). Un gus archi-saoul avait déclenché les hostilités… qui risquaient de mal se terminer. Et il était taillé, le gus ! En face, mon mètre soixante-cinq n’était pas fier de représenter l’autorité…

Ca a quand même marché. On a réussi à calmer le jeu. Ca a été un peu comme si tout le monde n’avait attendu que nous comme prétexte pour arrêter le carnage…
On était rentrés finir notre poulet (qui ne risquait pas de refroidir : c’était un poulet froid) quand après pas cinq minutes on est revenu nous déranger.

Alors là, on en a eu mare : on a fait intervenir le service d’ordre d’alerte et les plus saouls ont fini Noël au gnouf !

Un contingent (180 hommes) part en AFN dans quinze jours. Ils ont profité de Noël pour commencer à arroser le départ.
Toute la nuit ça a continué à se chamailler, à boire, à vomir et à casser des vitres et des ampoules…

Enfin… à une heure on a réussi à finir notre poulet à la semaine, juste à temps pour rejoindre le réfectoire qui avait préparé un petit réveillon froid : charcuterie (très bonne), bûche et vin d’Alsace.
Demain, le travail reprend. Sans le chef de peloton qui est en perm. Ce qui veut dire que je le remplace et vu que je suis tout seul, je fais aussi moniteur.
Sauf l’après-midi, le peloton sera consigné au quartier : j’ai à présenter l’arbre de Noël aux familles de Médaillés militaires à partir de dix-sept heures. Il faut que je sois sur place au moins une heure avant.

Excusez l’écriture, c’est la fatigue.
 
Bons baisers,

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

cleomede 30/12/2005 18:18

Là mon papa était à l'armée
Gros bisous tout plein mon ami

Gérard 29/12/2005 16:36

JOYEUX  NOEL,en 55 j'avais 1 ans. Gérard

Mel 27/12/2005 17:55

Un flash-back de 49 ans ! C'est uen super façon de revivre un quotidien dans l'histoire de France, merci.

Noisette 27/12/2005 11:33

Tu as donc passé un Noël en Alsace ! Pas tellement féérique j'imagine...

julie70 26/12/2005 09:11

Très bonne idée de commencé à publier certains ainsi. Mais... il faut un peu de cosmétique avant : ajouter des espaces entre les paragraphes, eliminer les espaces entre fins des mots et les ? ou : parce qu'en blog ils ne sont pas liés automatiquement comme en Word. etc. Cela facilitera leur lecture. Et, peut être mettre un police un peu moins grand aussi.J'adore tes lettres et je voudrais que plus de personnes possible les lisent, c'est pour cela que je me permets ces quelques conseils.En plus, tu pouras renvoyer, à chaque lettre, quelque part vers ton blog où tu publies les autres.bonne fin d'année!