Le corbillard de mon enfance

Publié le par aben

Bonne fête à nos Saints défunts

Le 28 octobre 1996, Micheline, (voir le lien, Micheline84) a écrit un poême "d'humeur" qui m'a rappelé; à la veille de fêter nos morts, les enterrements d'autrefois dans mon village. 
A l'age de l'enfance de Brassens, chez moi, quand un plus vieux ou un trop jeune venait à trépasser, on sortait le corbillard. Il avait son espace de rangement sous la halle, derrière la scène de la salle des fêtes. On attelait le cheval qu'on caparaçonnait des attributs de sa charge, et tous derrière, on s'acheminait au cimetière d'un pas de sénateur.
Tous ? Pas tout à fait ! Devant, il y avait le curé et ses deux enfants de choeur, tout caparaçonnés pareil que le cheval, mais d'habits plus lumineux . Derrière le trio de tête venaient le cheval et le défunt, allongé les pieds devant dans le fond du corbillard, son cercueil recouvert d'un catafalque. Et tout de suite après, les proches, marchant de front, tout en noir, les femmes masquées par des voilettes.
Et enfin les autres, tout le village ou presque. Un au moins par famille, ou par communeauté, qui parlaient de choses et d'autres. Pas beaucoup du mort. Plutôt de leurs affaires. De petits riens. Pas toujours innocents. C'était finaud un paysan en habit du dimanche... Deux pouvaient se retrouver chez le notaire pour signer un accord après un enterrement.
Ca leur était facile de parler en marchant sans rien avoir à faire d'autre que de suivre les autres jusqu'à leurs cimetières à tous.
Certains pronostiquait sur qui pourrait être le suivant qu'on suivrait... "C'est la vie", qu'ils disaient. Et la vraie justice : "Y a pas de passe droit... qu'on soit riche ou qu'on soit pauvre, tout le monde y passe...!
Après la cérémonie, la famille invitait. A la maison ou au bistrot. On buvait du vin blanc, du café, avec des petits gâteaux. S'il y avait des enfants, on leur offrait de l'eau, avec du sirop. C'était souvent de la grenadine.

Pour la Toussaint, avec ma mère, on "faisait nos cimetières". On déposait des fleurs sur nos disparus. En vases ou en pots. Des fleurs du jardin. Qu'ils avaient connus. Pas des potées superbes comme celles d'aujourd'hui, à qui il ne manque que de mettre les prix dessus pour affirmer sa générosité...
C'est beau aujourd'hui, nos cimetières de Toussaint...! On n'a plus d'herbe dans les allées. Plus de pissenlits. Ils sont traités à l'herboxy. Au diable les morts qui auraient encore faim, c'est l'apparence qui compte. Et puis, l'herboxy ou le roundop, ça n'est que du chimique, qui peut leur rappeler le goût des aliments qu'on leur a fait manger de leur vivant...

Publié dans Actualité

Commenter cet article

micheline84 29/10/2005 10:20

aben
"sentiments industrialisés" là tu fais de l'esprit!!

Mon lien avec Julie? je ne l'ai jamais supprimé et je continue de chercher à comprendre "autrement" ce qui m'a "finalement" gênée en elle, et bien que j'aie connu toute son histoire avec toute la compassion qu'elle m'a inspirée.
Je la lis presque chaque jour;

peut-être suis-je bornée ....
alors dans le doute......

Alexandre-Gabriel 28/10/2005 16:34

Je suis passé te faire un petit bisou et surtout te souhaiter un superbe week-end.
Gros bec

MimilafOlle 28/10/2005 16:11

ahaahah c pas bien Hwa! il faut travailler..hum..comme moi..hum hum:

aben 28/10/2005 14:26

Mimi ----- Bienvenue à toi.
Hwa-Manga est en train de se laisser dévorer par ses démons nippons...!
Affalée sur son lit, elle en oublie l'anglais et le latin qui l'attendent au tournant de la rentrée.
Je cours l'interroger pour l'exorciser !

aben 28/10/2005 14:18

Naturella ----- Merci du temps que tu as pris sur ton temps pour me laisser ton caillou. Instit, pour qui s'implique, (j'en sais familialement quelque chose)c'est déjà un métier à plein temps.
Alors parents...
Maman surtout... Et quatre mamans en une seule mère... Plus qu'un métier qui prend du temps, sûr que c'est plus que du sentiment. Il faut y ajouter du terre à terre... qui prend du temps !
Merci à toi d'avoir pris de ton temps...