Citrouille soupière

Publié le par aben

HALLOWEEN CH 2

Couteau de service en main droite, potiron prisonnier du bras gauche (pour les droitiers), commençons  par décalotter la bête, comme on le ferait d'un oeuf-coque, mais en dirigeant la pointe de la lame vers le centre de la citrouille, pour que notre calotte se transforme en couvercle "emboîtant".
Avec une grande cuillère, à soupe ou à glace, mais solide, on sortira tout d'abord les graînes et leur gangue fibreuse.
Pour ceux qui n'ont pas de jardin, elles iront directrement à la poubelle. Pour les autres, je leur dirai un jour comment en faire des bio-potiron comme ceux d'autrefois...
On s'attaquera alors à la chair, sortant lamelle après lamelle, en cuillerées plus ou moins épaisses, selon la force du fouisseur et celle de l'outil, jusqu'à ne laisser qu'une coquille, assez épaisse pourtant, qui garde la rigidité nécessaire à supporter une soupe brûlante sans s'affaler sur une table décorée.

à suivre...

Publié dans Actualité

Commenter cet article